La rémunération que le travailleur perçoit en contrepartie de son travail fait partie des éléments de motivation au travail. Certes, il n’est pas le seul élément, mais joue un rôle important dans la relation de travail.  Aujourd’hui, la rémunération n’est pas uniquement le « net en poche », mais peut être constituée de divers avantage alternatifs, les « avantages en nature » ou « de toute nature ». Tous ne sont pas possibles ou souhaités dans l’entreprise. Mais s’y attarder ou se poser la question de leur opportunité est utile. La réflexion est lancée : comment optimiser la rémunération des travailleurs ?

Les travailleurs et encore plus les « millennials », recherchent de plus en plus un équilibre entre vie privée et vie professionnelle. Le salaire de base n’est, aujourd’hui, plus suffisant.  En outre, les besoins ou souhaits en matière de rémunération ne sont pas les mêmes selon que le travailleur soit un jeune, sans enfant ni charge de famille, un trentenaire ou un travailleur expérimenté et plus âgé. Chaque catégorie de travailleur percevra ainsi sa rémunération de manière différente. L’optimisation dans l’entreprise est donc primordiale !

Rémunération brute… et nette du travailleur

La différence entre la rémunération brute du travailleur et son « net en poche », c’est-à-dire ce qu’il perçoit réellement, est considérable en Belgique. Cela va parfois jusqu’à 50 % de différence.

Beaucoup d’employeur cherche aujourd’hui à réduire cette différence, et à augmenter le revenu net du travailleur sans augmenter la charge de l’entreprise.

Il est dorénavant possible de faire bénéficier le travailleur d’avantages exonérés fiscalement et socialement, totalement ou partiellement, ou encore de fixer un forfait intéressant économiquement pour le calcul des cotisations sociales et de l’impôt.

Le travailleur peut également, sous réserve de la mise en place d’un plan cafétéria, déterminer une rémunération plus « à la carte », susceptible de varier au fur et à mesure de son évolution personnelle.

Quels avantages pour le travailleur ?

Des avantages récurrents peuvent ainsi être mis en place dans l’entreprise, avec un avantage financier direct pour le travailleur. Parmi les avantages les plus fréquents, sont ainsi possibles :

  • l’indemnisation tout ou partie des frais de déplacement ;
  • la voiture de société et la carte essence, ou son alternative : le budget mobilité ;
  • le GSM et l’ordinateur portable, accompagné d’une tablette ;
  • les titres-repas ;
  • les éco-chèques et les chèques-cadeau ;
  • les assurances-groupe, hospitalisation, dentaire ;
  • etc.

Encore plus loin financièrement…

Et pour encore renforcer la motivation des travailleurs, les entreprises peuvent mettre en place d’autres avantages, moins directs, plus spontanés ou liés aux résultats de l’entreprise. C’est ainsi une manière d’impliquer les travailleurs dans l’évolution de l’entreprise, leur donner l’impression d’avoir une influence sur ce que l’entreprise est ou sera.

Sont ainsi possibles :

  • le bonus salarial ou la prime bénéficiaire ;
  • les options sur actions ou warrants ;
  • des cadeaux et primes diverses ;
  • les primes de récompense (pour la ponctualité, l’innovation, la performance, etc.) ;
  • les chèques-sport et chèques-culture ;
  • les offres d’adhésion gratuite à une salle de fitness ou autre sport ;
  • la mise à disposition quotidienne gratuite de fruits, café, thé, jus de fruits, et soupe ;

L’équilibre vie privée – vie professionnelle

Un équilibre réussi entre vie professionnelle et vie privée va avoir un effet sur la performance du travailleur. Cet équilibre est bénéfique tant pour le travailleur que pour l’employeur. Des outils existent pour permettre de concilier les deux. L’entreprise peut ainsi mettre en place :

  • le télétravail ;
  • les jours compensatoires ;
  • les horaires flexibles ;
  • la réduction du temps de travail ;
  • les formations ;
  • etc.

Comment mettre cela en place dans l’entreprise ?

Avec les différents accords professionnels, la mise en place peut parfois s’avérer difficile tout en respectant les limites légales. Cependant, de nombreux éléments sont faciles à pratiquer sous réserve de disposer de quelques conseils utiles et directs.

Le plan cafétéria permet ainsi au travailleur de choisir les avantages dont il souhaite bénéficier, pour autant que les balises soient bien définies. L’avantage non-récurrent (ou bonus collectif) est également simple à mettre en place, sous réserve d’avoir une vision claire de ce que l’entreprise souhaite attendre comme résultat.

-> Vous souhaitez en savoir plus ou bénéficier d’une première analyse transversale de la structure rémunératoire de votre entreprise ?

Alors contactez-moi, et bénéficiez des conseils d’une experte en droit social !

10 minutes pour faire connaissance, c’est assez et c’est gratuit via Skype !

Allons-y !Allons-y !