Langage clair

La notion de « langage juridique clair » recouvre la communication du droit de façon claire et efficace.

L’objectif de ce langage est la compréhension de ses droits et de ses obligations par une personne non-juriste ou une entreprise sans juriste interne.

Ce concept est encore peu développé au sein de notre pays, mais est en pleine expansion outre-Atlantique sous le concept de Plain Language ou pour le langage juridique Plain Legal Language.

Vous rencontrerez certainement des sceptiques qui pensent que le langage juridique clair n’est pas possible.
Ils se trompent !

Parler clairement ne signifie pas manquer de précision ou vulgariser de manière exagérée, mais veut simplement dire que les documents à caractère juridique doivent être compréhensibles par une large majorité de la population.

Ce langage clair peut être utilisé tant pour des documents d’entreprise comme les contrats de tout type, les conditions générales ou encore le courrier professionnel.
Il peut être utilisé pour les documents privés également, ou en provenance de l’Etat à destination des citoyens.

L’utilisation d’un langage compliqué n’est pas nécessaire.
En outre, il entraîne régulièrement des erreurs dans les réactions ou des difficultés d’interprétation.

 

En tant qu’entreprise, les avantages liés au langage clair, sont identifiés ainsi :

  • La satisfaction de la clientèle est meilleure : elle comprend rapidement ses droits et obligations et n’a pas l’impression d’être lésée par un langage compliqué ;
  • L’image de l’entreprise est meilleure auprès de ses travailleurs notamment en matière de crédibilité, de transparence ou encore de responsabilité à leur égard ;
  • La gestion des documents et la communication en interne est facilitée ;

Vous vous sentez concerné ? Vous souhaitez transformer vos documents interne ou à destination du public en langage clair ? Contactez-moi ! Nous examinerons cela ensemble et déterminerons les adaptations à effectuer.

Vous avez tout à y gagner !

 

« La simplicité est la gloire de l’expression »
Walt Whitman